Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Jul

Les marocains et le luxe

Publié par Rim Hajji

Si la notion de luxe est somme toute subjective et relative, d’un point de vue mercantile et donc tangible, elle revêt des caractéristiques particulières selon les pays, les catégories socioprofessionnelles, les générations… Quels rapports entretiennent Marocains et Marocaines vis-à-vis de ce que l’on range sous l’étiquette «luxe» ?

Il est incontestable qu’au fil des ans le rapport au luxe a bel et bien changé. Pour ce qui concerne le Maroc, force est d’admettre qu’une révolution a eu lieu depuis les années 2000. Lointaine est l’époque où par simple peur du «mauvais œil» on dissimulait tout signe extérieur de richesse. Jadis, dans les médinas aux murs identiques, c’est lorsque vous étiez invités à pénétrer chez l’hôte que vous saviez en contemplant son intérieur, si vous étiez chez un notable ou chez une famille modeste. Aujourd’hui, on n’hésite plus à afficher ses signes extérieurs de richesse par moult biens matériels, marques fétiches et ultimes articles en vogue. Les us et coutumes d’antan en ont été bouleversés, les attitudes ont changé. Si le terme «luxe» demeure une notion complexe et intime, il renvoie toutefois à un imaginaire collectif que nous avons en partage. Ceci-dit, un Français, un Russe, un Chinois, un Japonais, un Américain ont des conceptions différentes à l’égard du luxe. On peut même pousser l’analyse plus loin en affirmant que cela diffère encore entre un Marocain et une Marocaine ou un Français et une Française.

Je pense que globalement, le luxe s’est toujours bien porté au Maroc, à la différence près que ces dernières années il s’est amplement développé , en dépit de la crise internationale, comme cela a été le cas dans plusieurs pays émergents, à prendre avec relativité bien entendu. Ceci s’explique essentiellement par une récente apparition au Maroc d’une nouvelle clientèle active urbaine en quête de désir de reconnaissance. Cela dit, il faut reconnaître que les marocains évoluent dans un environnement religieux et culturel qui ne prône pas forcément l’ostentatoire. Autrement dit, il n’y a aucun mal à se faire plaisir, à condition de ne pas tomber dans les excès.

Justement, le luxe n’a rien à voir avec l’excès, mais plutôt l’écart, et c’est la définition même du terme «luxation» qui en est à l’origine. C’est véritablement le rempart par excellence contre l’indifférenciation, cette grande maladie vieille comme le monde qui ronge encore plus notre société moderne d’aujourd’hui. En tant que marqueur social, le luxe nous permet d’échapper à ce chaos mimétique que représente l’indifférenciation et cela marche bien au Maroc.

Quant aux motivations et habitudes d’achat, elles varient. Pour les premières on attend d’une marque de luxe la reconnaissance sociale : on recherche par l’acquisition d’un produit de luxe à accéder à un mode de vie de privilégié, afficher et affirmer son statut social . C’est aussi la distinction, par l’acquisition d’un article exclusif.

Cet intérêt de plus en plus marqué au Maroc a été illustré par l’ouverture du Morocco Mall, un méga centre commercial. Avec plus de 10 hectares de superficie et 600 marques de tous genre-notamment des marques de luxes: Vuitton, Dior, Ladurée, Les Galeries Lafayette...- il fait aujourd’hui partie des 5 plus grands centres commerciaux du monde. Rien que ça.

Les enseignes de luxe trouvent un avantage de s’installer au Maroc, pays émergent qui a un énorme potentiel de développement et surtout grâce à l’engouement des marocains pour le paraître et le luxe.

Morocco Mall: dans le Top 5 des plus grands centres commerciaux au Monde
Morocco Mall: dans le Top 5 des plus grands centres commerciaux au MondeMorocco Mall: dans le Top 5 des plus grands centres commerciaux au Monde

Morocco Mall: dans le Top 5 des plus grands centres commerciaux au Monde

Commenter cet article

Akouz 14/01/2014 23:30

super article merci de m'avoir appris une chose que j'ignorais sur la vision et la naissance du luxe au Maroc !